Savoir-vivre et bonnes manières

Certes, nous avons toutes reçu une éducation parfaite, appris par cœur le guide des bonnes manières de notre chère Nadine de Rotschild  … et on met un point d’honneur à enseigner à nos enfants comment bien se tenir en société. Et dans ce domaine, tous les moyens sont bons : on se pame  devant « Downtown abbey » avec nos filles … non Chéri, je ne regarde pas une série, j’éduque nos enfants … ou on glousse devant la galanterie et le maintien zéro défaut des héros de « Mad men » … mais si Chéri, je t’assure, c’est un documentaire ….

Bref, à coups de « faut pas », on espère leur éviter bien des « faux pas ».

Oui mais voilà … trop facile … car non seulement les règles de savoir-vivre ont bien changé depuis l’époque des voitures à cheval ou du premier paquet de Lucky Strike … mais surtout, elles varient d’un pays à l’autre, et ce qui est du meilleur goût chez les uns, peut se révéler un impair impardonnable chez les autres. Et comme les voyages forment la jeunesse, il va falloir élargir notre vision des choses.

Commençons donc par arriver à l’heure … exacte en Allemagne et en Suisse, sinon on vous trouvera très impoli, ou en Chine, 5mn de retard à un rendez-vous et votre réputation est définitivement grillée … alors qu’en Argentine ou au Mexique, on pensera que vous ne venez que pour manger… et plus généralement, en Amérique latine, Espagne, Grèce, comptez, en moyenne, une heure de retard, enfin de délai…

Poursuivons par les présentations, la rencontre …

Si la bise est devenue banale sous nos cieux parisiens … laquelle d’entre vous a déjà répondu non à la question « on se fait la bise ? » alors que la lippe humide déjà s’avance vers votre joue poudrée … et je ne vous parle pas du nombre, deux, trois ou même quatre, avec le risque très désagréable de rester visage tendu alors que votre interlocuteur est déjà passé à autre chose … et l’inverse aussi…. bise devenue banale disions-nous,  il n’en va pas de même partout, et le bisouillage serait plutôt latin. Dans les autres cultures, on se salue plutôt : on s’incline mains jointes sur la poitrine en Inde, on fait des courbettes au Japon, et les hommes usent facilement du baisemain en Autriche. On s’embrasse sur le front en Egypte, mais le baiser est strictement interdit en Chine ou au Vietnam. Même chez nos amis américains, c’est l’accolade qui est de mise, le hug, on s’embrasse à distance, sans se toucher, on s’effleure les épaules ou on s’étreint violemment selon le degré d’intimité. Dans de nombreux pays Russie, Bénin, Grèce, les amis de même sexe s’embrasent facilement sur les joues, voire même sur les lèvres… Enfin, dans le domaine professionnel en Chine, on remet sa carte de visite à deux mains à son interlocuteur, plutôt que de lui en serrer une. Ah, et en Turquie, déchaussez-vous avant d’entrer …

Et on apporte un cadeau ? Oui, pratiquement dans tous les pays du monde, il est recommandé d’apporter un présent quand on est reçu … mais on évite quand même quelques impairs. On n’offre pas un bouquet enveloppé en Allemagne … on doit donner l’impression que les fleurs viennent d’être cueillies … et on n’apporte pas de fleurs du tout en Chine et au Japon. Quant à la couleur ou nature des fleurs, le sujet est complexe … de manière générale, on évite la couleur jaune, les chrysanthèmes et les œillets … et le mieux est de faire livrer le bouquet la veille ou quelques heures avant pour éviter à la maîtresse de maison de courir après les vases alors qu’elle a tant à faire en cuisine ! … Une boîte de chocolat, une bouteille de vin … c’est bien aussi … mais on n’offre pas d’accessoires en cuir en Inde … ben oui, les vaches sont sacrées …ni ce qui peut rappeler le temps (montres, horloges ..) en Chine.

A table, on se tient bien droit, on ne met pas ses coudes sur la nappe, juste les poignets, ça paraît simple … mais en Angleterre, on garde ses mains sur ses genoux … on ne croise pas ses baguettes en Chine … en Autriche, on attend que toute la table lève son verre avant d’y tremper ses lèvres … oui, même si on a très soif … on boit du lait avec les suédois et hollandais, on peut manger avec ses doigts au Maghreb, on ne coupe pas le pain avec un couteau en Italie, on ne refuse pas un thé en Turquie, mais on évite de réclamer un café turc en Grèce où il est d’ailleurs obligatoire de se resservir 2 fois d’un plat … et en Inde, on goûte à tous les mets offerts, et le petit rototo de fin de repas est plutôt bien vu … allez savoir … On trinque dans presque toutes les cultures, même avec du thé ou du café, mais mieux vaut éviter le « tchin-tchin » à Tokyo, où cette expression est celle qu’une mère emploie à l’heure du bain de son petit garçon pour désigner … son zizi.

Et puis, pendant le dîner, on évite quelques sujets… la politique et la religion, la corrida en Espagne, on ne traite pas un Ecossais ou un Irlandais d’Anglais, on n’appelle pas les Pays-bas la Hollande … et les néo-zélandais se fâchent tout rouge si vous les prenez pour des Australiens.

En partant, on dit Merci … sauf en Inde et dans beaucoup de pays d’Asie ou il est jugé superflu dans ces sociétés unies par l’obligation d’une solidarité mutuelle : une invitation ou un service rendu sera forcément retourné … et remercier sous-entend qu’il ne le sera pas … Et on ne dit jamais non, on enjolive, on tourne autour du pot … et la politesse les conduit parfois dans la rue, à vous indiquer une mauvaise direction plutôt que d’avouer qu’on ne sait pas et vous laisser dans l’embarras. Chez les allemands, moins de chichi … on emploie très peu le « excusez-moi », et pour décliner une invitation, on dit simplement « Non, je ne viendrai pas » … et aux Pays-bas, c’est encore plus direct : « Non, je ne viendrai pas, je préfère aller au cinéma » … ça a le mérite d’être clair … à l’inverse des italiens qui en font des tonnes … Quant à nos voisins britanniques, ce n’est jamais un non catégorique, aussi inconvenant que de râler dans une file d’attente,  mais « I’m afraid, I can’t » … beaucoup plus courtois. Très british quoi … « so fantastic, marvellous … »

Nous voilà presque prêtes à faire partout bonne impression … même si, parfois, quoique à califourchon … euh, à cheval sur les bonnes manières et les règles du protocole, il peut nous arriver de « péter » un talon ou un rang de perles, et de déraper, de commettre le faux-pas, la gaffe qui, sur le coup nous fait rougir jusqu’à la racine des cheveux … ah, ces grands moments de solitude où on voudrait se cacher dans un trou de souris … mais qui provoque les meilleurs fous rires quelques années plus tard.

Et puis, il y aurait tant à dire, … sur la façon de voyager, de se tenir dans la rue, au travail … il faudrait plusieurs pages pour un guide international des bonnes manières … mais, j’y pense … écrivez-nous, complétez l’article … on attend vos commentaires !