Et si on cassait les oeufs ?

Pâques est avant tout une fête religieuse, la plus importante selon certaines religions, et elle est partout empreinte de nombreuses coutumes.Tout le monde connaît la tradition pascale la plus répandue, cacher des oeufs en chocolat dans la maison ou le jardin …. et accompagner les enfants à la chasse ! Selon la tradition catholique française, ce sont les cloches de retour de Rome qui les apportent, en Allemagne, c’est le lapin de Pâques qui les dissimule dans l’herbe. Et puis, il y a le repas de famille où français et italiens dégustent le gigot. Et dans de très nombreux pays, la décoration des oeufs est aussi une tradition très répandue, couleur et tracé des motifs ayant des significations précises.

Mais il existe d’autres traditions plus inédites, parfois cocasses, mais toujours gaies, comme si, en même temps que Pâques, on célébrait aussi le renouveau du printemps. Et si cette année, on changeait un peu les codes … on enrichissait nos coutumes traditionnelles d’une pincée de nouveauté ? Voyons donc ce qui se passe ailleurs ..

On va commencer, au hasard … par la Grèce. Le samedi, veille de Pâques, dans chaque village, on construit des bûchers, on offre aux enfants une lambada (cierge de couleur décoré d’un petit jouet) qui servira à receuillir la sainte lumière venue de Jérusalem, et une paire de chaussures ou une tenue neuve. Le jour de la Pâques orthodoxe, des « batailles » d’oeufs sont organisées dans chaque famille. Chaque participant tente de casser l’oeuf de son adversaire en le frappant avec son propre oeuf. En frappant l’oeuf de son adversaire chacun prononce cette phrase  » CHRISTOS ANESTI  » (Le Christ est ressuscité) et on répond « Alithos anesti » ( en vérité, il est ressuscité). Enfin, on se retrouve à table autour de la mayiritsa, soupe d’entrailles d’agneau et de laitues, les broches ronronnent sous le poids des agneaux que l’on dorent ainsi que les fameuses kokoretsi (abats d’agneau enveloppé dans un boyau).

Bien que la Russie soit orthodoxe, la tradition de Pâques n’est pas tout à fait la même : Les Russes orthodoxes décorent leurs oeufs, les font bénir à l’église avant de les cuire pour leur déjeuner de Pâques ou les échanger en famille ou entre amis, en s’embrassant 3 fois … sur les joues, en Russie, vaut mieux préciser …  Le gâteau au fromage blanc et fruits confits, le paskha, est dégusté à cette occasion.

.

En Irlande, on organise des compétitions pour les enfants : ils fabriquent des oeufs et les laissent glisser le long d’une pente … celui qui va le plus loin sans se casser est le vainqueur.  En Angleterre, on ne mange pas de gigot, mais du jambon et, dans certaines régions, les « Morris dancers » habillés de chemise blanche, ceinture rouge et chapeau de paille, dansent dans la rue.

Au Mexique, le samedi de Pâques, des milliers de personnes envahissent les rues à la nuit tombée. Elles battent, pendent ou brûlent symboliquement des images ou des pinatas représentant Judas…. qui peut prendre les traits d’un politicien mal-aimé …  Les pinatas remplies de bonbons, sucreries et surprises libèrent leur trésor en se déchirant sous les coups de bâton des enfants.

Aux Caraïbes, on prétend que ceux qui se baignent le vendredi saint, risquent d’être transformés en .. poisson. Et le matin de Pâques, on fait voler des cerfs-volants … bizarre, en Grèce, on fait la même chose, mais au « Lundi pur » qui marque le début du carême.

En Europe de l’Est, et particulièrement en Pologne, le lundi de Pâques est connu sous le nom de « Smigus dyngus » ou « lundi mouillé » : familles et amis s’aspergent d’eau et bénissent leur champs avec de l’eau bénite.

Toujours gai en couleurs mais  quelque peu barbare comme tradition, cela se passe en inde, au maroc et même aux U.S et Canada….les poussins de couleur !!!! la technique pour obtenir un poussin coloré consiste à injecter, à l’aide d’une seringue, du colorant alimentaire directement dans l’oeuf…

Joyeuses Pâques !!!!