Matière à se retourner … comme une crêpe

Alors, au programme cuisine de la semaine, les crêpes … eh oui, 2 février, Chandeleur oblige … au moins un soir où on sait ce qu’on va faire à dîner … et sourires autour de la table en plus !

Parce que, citez-moi une personne, une seule, qui n’aime pas les crêpes ? Les crêpes, c’est la famille, les amis, c’est les souvenirs de goûters d’enfants quand on rentre du jardin les joues rougies par le froid, c’est un dîner de copains, entassés sur la banquette de la petite crêperie d’un port breton dont on a depuis longtemps oublié le nom, c’est le rire qui monte au gré des bolées de cidre … traître le cidre, on se méfie pas … c’est la complicité, et les fous rires, de la première recette partagée avec sa fille …. c’est tout ça les crêpes …. et surtout, c’est bon, c’est facile … ça vaudrait vraiment pas le coup de s’en priver !

Inutile de vous rappeler les origines de la Chandeleur, ni les traditions, vous savez … faire sauter les crêpes avec une pièce dans la main … et on ne va pas non plus se disputer, enfin se crêper le chignon, sur la meilleure recette de pâte à crêpes … quelque part, on a toutes une grand’mère bretonne … non, on voudrait juste vous rappeler quelques trucs qui ont fait leurs preuves :
– tamiser sa farine, ça a l’air de rien, mais à la fin ça fait vraiment la différence question grumeaux … pas bons et pas beaux …
– laisser reposer la pâte une heure minimum … bon s’il y a émeute dans la cuisine, on peut s’en passer, en délayant la farine avec du lait tiède ou chaud, … mais la pâte sera moins élastique, donc moins fine à la cuisson
– si après repos, la pâte est trop épaisse, privilégiez l’eau ou la bière pour la rallonger et la rendre plus fluide … et oubliez le lait qui rendrait la pâte plus collante
– enfin, pour donner un délicieux petit goût noisette, ajoutez en toute fin de préparation la matière grasse sous forme de beurre … noisette justement, c’est à dire fondu, bruni jusqu’à ce qu’il ne chante plus … juste avant qu’il ne brûle et devienne inconsommable… poison, horreur, malheur ! Et ça, c’est un secret de grand chef, de Michel Guérard himself !

Bon, maintenant que vous voilà diplômées du Master ès crêpes, on continue notre petit tour … et dans la grande et internationale famille Crêpe, je demande … le pancake … américain … qui en fait, serait d’origine allemande (Pfannküchen) et importé par les immigrés aux Etats-Unis au XIXème siècle.


Voilà une recette empruntée au très joli petit livre sucré : « un goûter à New-York » (1)

Pancakes multigrains (pour 7 larges pancakes)
– 65 gr de farine blanche
– 30 gr de farine de sarrasin
– 100 gr de farine d’avoine …
– 2 pincées de bicarbonate de soude … tiens, tiens ça me rappelle quelque chose ..
– 2 càc de levure chimique
– 1 càs de sucre
– 1/2 càc de sel
– ½ càc de cannelle en poudre (… pour ceux qui aiment la cannelle of course)
– 225 ml d’eau (ou 22,5 cl .. ou, 2,25 dl .. on suit toujours ?)
– 2 œufs moyens
– 8cl d’huile de tournesol
– 1/2 càc d’extrait de vanille (facultatif)
On mélange d’une part, tous les éléments secs … et d’autre part, tous les éléments liquides … et enfin les 2 préparations au fouet à main sans trop travailler la pâte.
Faire cuire dans une petite poêle légèrement huilée sur feu moyen ; régler la température de la plaque pour que le dessous soit doré quand le dessus bulle sans être trop sec. … puis retournez et laisser cuire encore 30 sec. Au moment où on verse la pâte, on peut aussi ajouter des fruits (myrtille, banane, fraise ..) .. et on déguste avec du sirop d’érable, du miel, de la confiture, de la pâte à tartiner, de la crème chantilly …

Allez, soyons bonnes joueuses et rendons grâce à la gastronomie américaine de nous apporter ce petit plaisir … impossible d’imaginer un brunch réussi sans pancake !

Et, afin d’éviter toute tension gastro-diplomatique, on termine l’article en rendant maintenant visite à un autre cousin, russe cette fois : le blini, avec une recette toute simple de blinis aux courgettes, pour 6 personnes et en 10 mn chrono.

– 6 petites courgettes
– 2 gousses d’ail
– 150 gr de farine
– 3 œufs
– 20 cl de lait
– 2 càs de persil haché (ou de coriandre, ou de ciboulette …)
– 1 càs d’huile
– sel, poivre
Bonne nouvelle, n’épluchez pas les courgettes … râpez les finement et essorez les dans un linge. Mélangez la farine, les œufs et le lait. Ajoutez les courgettes, l’ail et le persil hachés, salez et poivrez. Faites de petits tas espacés dans un poêle huilée chaude et faites dorer les blinis 3mn de chaque côté. Glissez ensuite pour 5mn dans un four préchauffé à 180° pour qu’ils continuent à cuire .. baissez le four pour les garder au chaud le temps de servir… avec une salade verte, un œuf sur le plat ou une tranche de jambon … le dîner est servi !

Pas tout ça … mais un peu faim moi …

(1) Un goûter à New York – Marc Grossman – Ed « Les petits plats » Marabout –