Là-haut sur la montagne …

Bon, il ne faudrait pas s’imaginer des choses … et pour tout dire, montagne, c’est un peu exagéré, plutôt mont … ou monticule … mais mamelon non, le sommet est plutôt pointu … colline alors ?  Oui, colline c’est ça … bref, le Lycabette est le point culminant d’Athènes à 277m d’altitude.

Selon la légende, la déesse Athéna souhaitait rapprocher son temple du ciel. Elle transporta donc un très gros rocher pour surélever l’Acropole, mais, sur son parcours, deux aigles noirs apparurent pour lui annoncer de mauvaises nouvelles … des oiseaux de mauvais augure, donc. De rage, elle lâcha son rocher, et ne revînt jamais le chercher… entre nous, pas plus mal, car vue la peine que tante Claudine a eu l’été dernier à atteindre le Parthénon en plein mois de juillet…

Depuis, ce rocher, le Lycabette, se dresse fièrement au beau milieu du bassin d’Athènes.

L’origine de son nom, n’est pas très claire non plus … On l’attribue parfois à Lycos, frère d’Egée (oui, oui, celui de la mer ..), ou du grec ancien lukabas signifiant « année », puisque c’est du haut des montagnes que l’on aperçoit le premier soleil du printemps qui annonce le début de l’année dans le calendrier julien. Mais Lycabette, « Colline aux loups » du grec loukoi, est de loin l’explication la plus plausible. Rassurez-vous, s’il y eût des loups, ils ont fui la ville depuis longtemps …

Peu de constructions sur les pentes boisées du Lycabette. Le sommet est coiffé d’une jolie chapelle blanche que l’on voit de loin, l’église Agios Georgios, qui fût bâtie sur l’emplacement d’une ancienne église byzantine dédiée au prophète Elie.

Un peu en dessous, on découvre le théâtre en plein air qui accueille des spectacles durant le Festival d’Athènes … des légendes telles que Léonard Cohen, Peter Gabriel ou James Brown s’y sont même déjà produits.

Et pour une soirée toute spéciale … un dîner d’anniversaire, une demande en mariage.. ouhouh on en rosit d’émotion … le restaurant panoramique Orizontes vous accueille. Son premier atout est bien sûr sa terrasse, et la vue sur l’Acropole et le sud de la ville …époustouflante. La table est élégante, la cuisine est de bonne qualité …mais on vous a prévenus, il faut que l’occasion le justifie !

Voilà, vous l’aurez compris, c’est surtout le soir que le charme opère et que le panorama est le plus spectaculaire. Alors, après une promenade shopping dans le quartier de Kolonaki qui s’étend au pied de la colline, posez vos sacs et faites l’ascension par les allées ombragées de pins et de cyprès, il paraît que l’air y est plus pur et c’est l’endroit le plus merveilleux … et un des plus romantiques … pour admirer le coucher de soleil sur la ville.

Pratique : la promenade démarre au bout de la rue Aristipou (Kolonaki) et il faut compter entre 15 et 25mn de marche pour atteindre le sommet… selon votre pas, vos bavardages, vos arrêts cigarette… Pour les plus pressés (pour ne pas dire les moins courageux), le funiculaire part tous les 10 mn environ et l’AR coûte environ 6€. La station est à l’angle des rues Aristipou et Ploutharou. On peut aussi mixer les 2, monter en funiculaire et descendre à pied !