On fait quoi pour le réveillon ?

J-2 avant que commence une nouvelle année … et que, pendant au moins les 3 semaines suivantes, on se souhaite les meilleurs voeux du monde, comme si ce premier jour avait quelque chose d’un peu sacré, comme s’il allait décider de notre destin pour les 364 jours suivants. Les toasts et embrassades, les festins et feux d’artifice qui enterrent l’année pour mieux accueillir la nouvelle, ne seraient-ils donc destinés qu’à nous préserver du mauvais sort en accueillant les bons esprits de l’an neuf ?

Je sais, je sais … il ne faut pas être superstitieuse, ça porte malheur … mais quand même … dans tous les pays du monde et dans de nombreuses civilisations passées, ce rite de passage d’une année à une autre est accompagné de traditions toutes destinées à nous assurer bonheur et protection.

Mais, commençons par le commencement … le 1er janvier donc. Le nom Janvier vient du dieu romain Janus, dieu des portes et des commencements, qui avait deux faces, l’une regardant vers l’avant et l’autre vers l’arrière … ah ces romains, champions en matière de symboles non ?

Ensuite les coutumes …

S’embrasser sous le gui est une coutume d’origine anglaise … mais pour que les vœux échangés se réalisent, il faut se donner autant de baisers que de baies comptées sur le bouquet de gui … j’en connais qui vont aller eux-mêmes chez le fleuriste, le choisir avec attention !

C’est aussi aux anglais que l’on doit l’usage de l’envoi des cartes de vœux dès 1843 … bien avant le célèbre « season greetings » de nos amis américains en 1930. Mais attention, il faut écrire entre le 1er décembre et le 31 janvier … et pour les superstitieux, encore eux, seulement au mois de janvier, car souhaiter une bonne nouvelle année avant qu’elle ne démarre, pourrait porter malheur. Bon, c’est charmant tout ça, mais un bon mail, voire un sms en urgence … c’est l’intention qui compte non ?

Revenons à nos coutumes …

En Allemagne du Nord, on fête le « Rummelpott » le soir du 31 décembre. Les enfants dans les villages se déguisent, et vont de porte en porte chanter des chansons spéciales en « Plattdeutsch », genre de patois local. Il est aussi coutume de se souhaiter  « Guten Rutsch »  (bonne glissade), avant la nouvelle année.

En Belgique, dans la province de Liège, le 1er janvier, la famille se rassemble autour d’un plat de choucroute que l’on savoure avec une pièce sous l’assiette ou dans la main, pour être sûr d’avoir de l’argent pendant toute l’année.

En Espagne, il est d’usage de croquer un grain de raisin (ou de grenade dans la région de Grenade) à chacun des 12 coups de minuit.

Le réveillon de la Saint Sylvestre en France, donne lieu à des débordements de joie, concerts de klaxons, danses et embrassades dans la rue … toujours accompagnés de sons et bruits qui auraient le don de faire fuir les mauvais esprits et les démons.

Pour le jour du Nouvel An, appelé Capodanno, les Italiens cuisinent des plats à base de graines, par exemple des brioches, ou des plats de lentilles ou encore des gâteaux enrobés de miel spéciaux, supposés apporter richesse et abondance.  Autrefois, à Naples, on jetait par la fenêtre les vieux objets qui symbolisaient l’an passé … passants, attention danger !

En Angleterre, si un anglais passe la porte de votre maison après minuit avec une pièce de monnaie (richesse), du charbon (chaleur) et du sel (nourriture), vous ne manquerez de rien pour l’an qui vient.

En Équateur et au Pérou, des mannequins de papier mâché (muñecos)  représentant l’année qui se termine, sont exposés devant les maisons, puis brûlés dans les rues en même temps qu’explosent pétards et feux d’artifice. On porte aussi une couleur particulière selon ce qu’on attend de la nouvelle année : jaune pour l’argent, rouge pour l’amour …

Aux Etats-Unis, ambiance de folie à New York sur Time square où la foule rassemblée scande les 12 coups de minuit et s’embrassent dans la rue.

En Chine, où la date du nouvel an Chinois est différente chaque année, lanternes et feux d’artifice accueillent le nouvel an. On écrit ses vœux et on les lance dans un « arbre à vœux ». Si le papier reste accroché toute la nuit, alors les vœux se réalisent ! On va essayer ça tiens … le papier, peu importe la taille hein ? … sur un A3 recto verso, ça devrait aller non ?

Le réveillon du Nouvel An japonais (Ōmisoka) est fêté en famille, autour d’un copieux repas arrosé de saké. Avant minuit, la famille se rend au temple le plus proche pour assister à la frappe des 108 coups de gong qui représentent les 108 péchés qu’un homme peut commettre dans l’année. A chaque coup, le péché est chassé de l’âme impure, et chacun entre purifié dans la nouvelle année … 108 péchés, c’est pas un peu beaucoup ça, j’ai beau compter…

En Russie, on boit du champagne en famille ou entre amis, et au 12e coup de minuit,  on ouvre la porte ou la fenêtre pour que le nouvel an entre dans la maison.

Voilà pour ce rapide tour du monde des traditions … mais il en existe sûrement d’autres et on compte sur vous pour nous envoyer les plus originales de votre pays d’adoption ou celles propres à votre famille … qui sait !

Souces : Wikipédia, Historia, http://www.saisons-vives.com